dijous, 23 de febrer de 2017

OFRENDA FLORAL PARA NUESTROS HÉROES DE LA REPÚBLICA. 22 DE FEBRERO DE 2017 (LA COURNEUVE, PARÍS).

http://victimasfascismolatorreestebanhambran.blogspot.com.es/2017/02/ofrenda-floral-para-nuestros-heroes-de.html




   Esta tarde del 22 de febrero  de 2017, después de haber dado una clase  algo histórica a mis alumnos, explicándoles la importancia,  para muchos españoles, de la fecha de hoy, me reuní con  uno de ellos, ex-combatiente republicano español y con un descendiente del Exilio de la República para ir a florecer la placa de la calle dedicada en la Courneuve (cerca de París) a Cristino García Granda.


   Ya que no disponemos aún en París del sitio anhelado para poder homenajear a todos los republicanos españoles, solemos homenajear el 22 de febrero,  en la Calle de Cristino García  (al que se dedicaron numerosas calles en la geografía francesa por ser gran héroe de la Resistencia) de la Courneuve también,  al insigne poeta republicano Antonio Machado,  quien falleció un tristísimo  22 de febrero  de 1939 en Collioure.
   Leímos unos parráfos de Rouges, maquis de France et d’Espagne, les guérilleros (obra dirigida  Jean Ortiz) en los que se insiste (traduzco abreviando) en « la estrategia liberadora de la Unión Nacional española » del « partido comunista » que « desde principios de 1942 hasta 1948, se dedica, de ambos lados de los Pirineos, a una estrategia político-militar…la UNE dispone en Francia de un formidable movimiento guerrillero…independiente del PCF…a finales de 1944 la Agrupación de Guerrilleros españoles puede apoyarse sobre 10 000 hombres…Los republicanos están convencidos de la caída inminente de Franco….Aquel  otoño de 1944 para todas las tendencias del exilio los días de Franco están contados. Expulsar a Franco resulta un deber. Los guerrilleros hicieron temblar al franquismo. »
   También leímos unos párrafos del artículo sacado de  El Ferrero, Diario de traduccione titulado La Batalla de la Madeleine y el final de Cristino García Granda, que recalca que « fue un hombre disciplinado que sabía imponer disciplina, modesto, con nervios templados, meticuloso en la preparación de las operaciones de que era responsable y decidido  a la hora de su realización, jefe, compañero y amigo de cuantos estaban a sus órdenes, que nunca abusó de su autoridad y no pretendió los honores de su triunfo ». El excelente artículo expone cómo Cristino García y su destacamento de 34 guerrilleros de la 21a Brigada, el 24 de agosto de 1944, logró con gran determinación y heroismo cortar el paso a « una numerosa columna del ejército alemán » y tras mucho pelear logró que se rindieran.


   Después leímos,  con la vecina  española que se nos suele juntar cada año en la misma fecha,  que « Terminada la II guerra mundial, el Partido Comunista intenta trasladar el movimiento subversivo a las ciudades españolas » pero que Cristino García, quien reemplazó a Vitini Flores en la guerrilla urbana en Madrid-adonde había vuelto  siendo « el candidato más adecuando para sustituirle »- fue detenido al descubrir la policía « los dos primeros números de abril y mayo (de 1945) del periódico Ataque », que difundían « la política de la Unión Nacional ».
    Concluimos con las palabras del heróico guerrillero,  quien declaró a su abogado defensor que « mil vidas que tuviera las pondría al servicio de la causa de mi pueblo y de mi patria ».
   Cantamos la Marsellesa pacífica y el magnífico Himno de los guerrilleros,  que « por llanuras y montañas libres van »,  con el texto del Republicancionero de Juan Fran Núñez Parreño en francés y en español (y unos pocos) versos en ruso para el vecino de Moldavia,  quien presenció en acto sin participar en él.
   Después hablamos de Antonio Machado, de cómo le acompañaron al cementerio, según pone en el libro de Monique Alonso (Antonio Machado, el temps de l’exil 1936-1939), (traduzco) « admiradores y habitantes de Collioure, con el ataúd llevado por doce soldados de la Segunda Brigada de la Caballería del Ejército español que estaban internados en el castillo de Collioure y que fueron autorizados a salir de allí para rendir un último homenaje al Poeta. » Por fin leímos el poema de Ruben Darío



 Oración por Antonio Machado :
… Era luminoso y profundo
como era hombre de buena fe. 
Fuera pastor de mil leones
y de corderos a la vez.
Conduciría tempestades
o traería un panal de miel.
Las maravillas de la vida
y del amor y del placer,
cantaba en versos profundos
cuyo secreto era de él.
Montado en un raro Pegaso
un día al imposible se fue.
Ruego por Antonio a mis dioses
ellos le salven siempre. Amén.




   Tras  dar « vivas a la República », « a la Tercera » y florecer la placa de la calle de Cristino García  nos fuimos a florecer la de otra calle importante para nosotros también, la de Julián Grimau, « tipógrafo, republicano español ejecutado por los franquistas » en 1963, sita en Drancy, cerca de la escuela « Romain-Rolland-Cristino García » donde quise ondear la bandera republicana ya que de niña en esa escuela con tan insignes nombres nunca nos explicaron   de quién era el segundo y me gustaría un día explicárselo a los alumnos que por allí jugaban  este miércoles, despreocupados,  en la plaza  de la Amistad  de la « Cité Gagarine », enfrente de la escuela Romain-Rolland-Cristino García,   construida, si no me equivoco,   siendo alcalde de Drancy el resistente francés Maurice Nilès.
París, 22 de febrero 2017

Rose- Marie Serrano (ARE de RP- Amigos de los Republicanos españoles de Región parisina)


Offrande de fleurs pour nos héros de la République
22 février 2017 (La Courneuve, Paris)
   Cet après-midi du 22 février 2017, après avoir fait un cours quelque peu historique à mes élèves, en leur expliquant l’importance, pour beaucoup d’Espagnols, de la date de ce jour, je me réunis avec l’un d’eux, un ex-combattant républicain espagnol et avec un descendant de l’Exil de la République pour aller fleurir la plaque de la rue dédiée à La Courneuve (près de Paris) à Cristino García Granda.
   Comme nous ne disposons pas encore à Paris de l’endroit  auquel nous aspirons pour pouvoir rendre hommage à tous les Républicains espagnols, nous avons l’habitude  de rendre hommage le 22 février, dans la rue Cristino García (à qui l’on a dédié de nombreuses rues dans la géographie française car il fut un grand héros de la Résistance) de la Courneuve aussi, à l’illustre poète républicain Antonio Machado, qui mourut un lugubre 22 février 1939 à Collioure.
   Nous lûmes quelques paragraphes de Rouges, maquis de France et d’Espagne, les guérilleros (œuvre dirigée par  Jean Ortiz) dans lesquels on insiste (j’abrège) sur « la stratégie libératrice de l’Union Nationale espagnole » du « parti communiste » qui « depuis le début de 1942 jusqu’à 1948, se consacre, de chaque côté des Pyrénées à une stratégie politico-militaire …la UNE dispose en France d’un formidable mouvement guérillero…indépendant du PCF…à la fin de 1944 l’Agrupación de Guérilleros espagnols peut s’appuyer sur 10 000 hommes…les républicains sont convaincus de la chute imminente de Franco…  En cet automne de 1944 pour toutes les tendances de l’exil les jours de Franco sont comptés. Expulser Franco s’avère un devoir. Les guérilleros firent trembler le franquisme ».
   Nous lûmes également quelques paragraphes de l’article de  El Ferrero, Diario de traduccione intitulé (je traduis) La Bataille de la Madeleine et la fin de Cristino García Granda, qui souligne que « ce fut un homme discipliné qui savait imposer la discipline, modeste, aux nerfs bien trempés, méticuleux dans la préparation des opérations dont il était responsable et décidé  au moment de leur réalisation, chef, camarade et ami de tous ceux qui étaient à ses ordres, qui n’abusa jamais de son autorité et ne prétendit pas aux honneurs de son triomphe ». L’excellent article expose comment Cristino García et son détachement de 34 guérilleros de la 21ème Brigade, le 24 août 1944, parvint avec une grande détermination et un grand héroïsme à couper le passage à « une  importante colonne de l’armée allemande » et après avoir beaucoup lutté il obtint qu’elle se rendît.
   Nous lûmes ensuite, avec la voisine espagnole qui nous rejoint habituellement chaque année à la même date, que « La II Guerre Mondiale une fois terminée, le Parti communiste tenta de déplacer le mouvement subversif aux villes espagnoles » mais que Cristino García, qui avait remplacé Vitini Flores dans la guérilla urbaine à Madrid –où il était revenu étant « le candidat le plus adéquat pour le remplacer »- fut arrêté lorsque la police découvrit « les deux premiers numéros d’avril et de mai (de 1945) du journal Ataque », qui diffusaient « la politique de l’Union Nationale ».
   Nous conclûmes avec les mots de l’héroïque guérillero, qui déclara à son avocat de la défense que : « si j’avais mille vies je les mettrais au service de la cause de mon peuple et de ma patrie ».
Nous chantâmes la Marseillaise pacifique  et le magnifique Hymne des guérilleros, qui « vont libres par les monts et  par  les plaines », avec le texte du recueil Republicancionero
de Juan Fran Núñez Parreño, en français, en espagnol et même quelques vers en russe pour le voisin moldave, qui assista à notre hommage sans y participer.
   Nous parlâmes ensuite d’Antonio Machado, de la façon dont on l’accompagna au cimetière, selon ce qui en est dit dans le livre de Monique Alonso (Antonio Machado, le temps de l’exil 1936-1939) : « des admirateurs et des habitants de Collioure, avec le cercueil porté par douze soldats de la Deuxième Brigade de la Cavalerie de l’Armée espagnole qui étaient internés au château de Collioure et qui furent autorisés à sortir de là-bas pour rendre un dernier hommage au Poète ». Enfin nous lûmes le poème de Ruben Darío (je traduis)


Prière pour Antonio Machado

…Il était lumineux et profond
car il était homme de bonne foi.
 Comme s’il était pâtre de mille lions
et  brebis tout à la fois.
Il conduirait des tempêtes
ou apporterait un rayon de miel.
Les merveilles de la vie
et celles de l’amour et du plaisir,
il  chantait en vers profonds
dont  il avait le secret.
Monté sur un Pégase inouï
un  jour vers l’impossible il partit.
Je prie pour Antonio mes dieux
de  le sauver toujours. Amen.

   Après avoir lancé des « Vive la République ! » et « Vive la Troisième ! » et avoir fleuri la plaque de la rue Cristino García nous allâmes fleurir celle d’une autre rue importante pour nous également, celle de Julián Grimau « typographe, républicain espagnol exécuté par les franquistes » en 1963, située à Drancy, près de l’école « Romain Rolland-Cristino García » où je voulus faire ondoyer le drapeau républicain espagnol puisqu’enfant dans cette école aux noms si illustres jamais on ne nous expliqua  à qui appartenait le second et j’aimerais un jour l’expliquer aux élèves qui jouaient  dans les environs ce mercredi, insouciants, sur la place de l’Amitié de la « Cité Gagarine », en face de l’école Romain Rolland-Cristino García, construite, si je ne me trompe, alors que Maurice Nilès, Résistant français, était maire de Drancy.

Paris, le 22 février 2017

Rose-Marie Serrano (Amis des Républicains espagnols de Région parisienne)