dijous, 15 de setembre de 2016

Premier panneau de "L'Espace Gare-Wagon"



Bien le bonjour à toutes & tous 

L’Amicale des Anciens Internés Politiques et Résistants du camp de concentration du Vernet d’Ariège vous propose des visites guidées pendant les Journées Européennes du Patrimoine. Le rendez-vous est fixé à 14h30 devant le musée pour covoiturer. 

Au cours de ces visites, vous aurez la primeur de découvrir le premier panneau de notre futur et de plus en plus proche « Espace Gare-Wagon ».
Ce panneau a pour but d’informer toutes les personnes dont le train stationne sur la voie de cette « GARE QUI DESSERVAIT LE CAMP DE CONCENTRATION DU VERNET D’ARIÈGE », & el
​le ​
le
​ 
desservait dans les 2 sens du terme.

Ce panneau, ainsi que tous les autres seront écrits en 4 langues : FRANÇAIS, ESPAGNOL, ANGLAIS, ALLEMAND. 

Il faut savoir que ce camp de concentration français ouvre ses portes sous la Troisième République Française début février 1939, pour y enfermer les soldats de l’armée Républicaine Espagnole. 

Ensuite en octobre 1939, il passe sous la houlette du Ministère de l’Intérieur pour infliger à tous les « étrangers indésirables » un internement administratif sans jugement. Nous avons recensé plus de 70 nationalités des 5 continents grâce à nos recherches aux Archives Départementales de Foix.
Il sera ensuite utilisé par l’État Français fasciste de Pétain pour emprisonner tout étranger dangereux pour la « Sûreté Nationale ». Lors des rafles de l’été 1942, des personnes juives, enfants, femmes, hommes, transiteront par ce camp de concentration du Vernet d’Ariège avant le camp de concentration de Drancy et les camps d’extermination nazis. 

Sur les quelques 30 000 hommes internés – car c’était un camp pour hommes étrangers – 4679 seront déportés en 26 convois vers des camps situés sur les territoires du Troisième Reich Allemand, en Italie ou en Algérie. 

Et le 10 juin 1944, une unité de l’armée allemande en prend le commandement, pour le vider de ses derniers survivants. Deux convois seront nécessaires : 43 déportés le 20 & les 403 derniers internés le 30 juin. 2 personnes réussiront à s’évader ce jour-là. Elles ne connaîtront pas l’enfer de la plus longue déportation de cette sombre période : le convoi, surnommé le « Train Fantôme » partira de Toulouse le 3 juillet et livrera sa cargaison d’hommes à Dachau le 28 août et sa cargaison de femmes à Ravensbrück début septembre. Un autre enfer s’ouvrait pour celles & ceux qui avaient survécu. 

Un télégramme laconique annoncera la fermeture du camp de concentration le plus répressif de France en ces termes : « LE CAMP A ÉTÉ DÉPLACÉ EN UN POINT INCONNU DU TERRITOIRE ». 

Rendez-vous donc samedi ou dimanche pour une leçon d’histoire à ciel ouvert…




@mic@lement, Raymond Cubells.