dilluns, 31 d’agost de 2015

[Ateneo Republicano Bélgica]: José BARÓN, héros de la Résistance, salué en son pays natal : Almeria-Gérgal



Un almeriense, José Sedano Morano, rescató su historia, que publicó "Búscame en el ciclo de la vida" en el aniversario de su muerte el 19 de agosto.

http://www.buscameenelciclodelavida.com/2015/08/la-primera-victima-por-paris.html 
__________________________

Chers amis,

Ce 25 août au matin, la cérémonie de Pantin d'hommage à José BARÓN CARREÑO et à tous les Espagnols tombés pour la Libération de Paris s'est très bien passée.

Avec des interventions toutes très significatives et appréciées au nom de :
·         la mairie de Pantin,
·         FFREE,
·         l'Ateneo Republicano de Bélgica,
·         le secrétaire national du Parti Communiste Français, Pierre LAURENT
·         l'Amicale de Mauthausen y otros campos,
·         la mairie de Gérgal, ville natale de José BARÓN CARREÑO <== le maire en personne, Miguel GUIJARRO, a effectué 2 x 1500 km
·         la mairie de Paris, ville où il a péri en combattant
·         l'AAGEF-FFI,
·         le secrétaire d'État délégué aux Anciens Combattants et à la mémoire, Jean-Marc TODESCHINI.

et de nombreux messages, dont ceux de :
Carmen Negrín (présidente du CIIMER et présidente d'honneur de la Fundación Juan NEGRÍN, empêchée à la dernière minute),
François Hollande, Manuel Valls, Gérard Larcher, Claude Bartolone,
Christiane Taubira (garde des Sceaux), Fleur Pellerin (ministre de la Culture), Rose-Marie Antoine (directrice de l'ONACVG),
Marie-Georges Buffet (députée de Seine Saint-Denis), Valérie Rabault (députée du Tarn-et-Garonne), Jean-Luc Moudenc (maire de Toulouse)…



L'après-midi une forte délégation de l'AAGEF-FFI a participé à la cérémonie organisée par la Ville de Paris, à l'Hôtel de Ville.

Comme les années précédentes, trois drapeaux de l'AAGEF-FFI aux couleurs républicaines espagnoles
étaient présents parmi les drapeaux aux couleurs françaises, au titre des associations d'anciens combattants de la Résistance.



Un album photo sera prochainement mis en ligne.

Nous ferons aussi connaître le contenu des diverses interventions : il témoigne d'énormes progrès dans la prise en compte de la réalité historique
concernant le rôle des guérilleros espagnols FFI dans la Libération de la capitale - et de la France -.

Patrick KLUGMAN, adjoint délégué aux relations internationales,
représentant la maire de Paris Anne HIDALGO,
a renouvelé solennellement l'engagement de la Ville de Paris quant à l'installation d'une plaque d'hommage à José BARÓN,
sur le lieu de sa mort (19 août 1944, 1er jour de l'insurrection finale parisiennne) :
Boulevard Saint-Germain, à proximité de l'Assemblée Nationale.

En prélude à d'autres informations, pour l'heure,
en pièce attachée, voici l'article - une demi-page en "une" (la portada) ! - qui a été publié par le journal espagnol LA VOZ DE ALMERÍA (La Voix d'Almería),
le 7 août dernier.

Dommage qu'à notre connaissance aucun journal français (malgré nos efforts intensifs de communication) n'a publié le moindre article pour saluer la mémoire de José BARÓN, ni avant, ni après la cérémonie.

A nous, notamment via internet et les réseaux sociaux, de combler ces lacunes.
Bien sûr on peut réclamer ! Ne nous accoutumons pas : sans journalisme digne, quel avenir ?

En ces jours de rentrée scolaire, soyons solidaires de tous ceux (élèves et enseignants) qui vont (suer pour) continuer d'apprendre à
lire, écrire, compter…

et raisonner… en grammaire, arithmétique… histoire et philosophie aussi !

Merci à tous ceux qui, par delà les origines, les itinéraires, les frontières, oeuvrent dans le même sens :

contre l'obscurantisme,

pour la connaissance - rigoureuse - et la reconnaissance - scrupuleuse -

qui sont dues à tous les héros de la Résistance,
dont les Espagnols tombés à Paris en 1941-1944,
dont les noms demeurent ignorés, oubliés voire quelquefois sciemment occultés.                   
Tous ensemble, on lâche rien !

Pour l'AAGEF-FFI,
Henri Farreny

                Dédicace personnelle spéciale à Charlie, mon frère courageux et vaillant, qui cette année n'a pu "monter" à Paris, pour cause de maladie.
                Tu nous as beaucoup manqué Charlie, mais "L'Espagne au cœur", on compte sur toi pour la suite !



1 comentari:

María Torres ha dit...

Un almeriense, José Sedano Morano, rescató su historia, que publicamos en el aniversario de su muerte el 19 de agosto.

Te dejo el enlace:
http://www.buscameenelciclodelavida.com/2015/08/la-primera-victima-por-paris.html