dimarts, 28 de febrer de 2017

MERR32-CAMINAR/INFO.



Mémoire de l'Espagne Républicaine et Résistante 
MERR32


affiliée à la 


COORDINATION NATIONALE D’ORGANISATIONS MEMORIELLES

DES DESCENDANTS ET AMIS DES EXILES DE L’ESPAGNE REPUBLICAINE  


¡ Caminar !





 
Associations membres de la coordination nationale "Caminar!":
            
ASEREF (Montpellier) - Ateneo republicano du Limousin  -  Ay Carmela Bordeaux  -  IRIS Mémoires d’Espagne (Toulouse)  -  Memoria andando (Decazeville) - MER 47 (Agen) - MHRE 89 (Yonne) - MER Pau - MERR 32 - Présence Manuel Azaña (Montauban) - Terre de Fraternité (Saint-Girons) - Terres de Mémoires et de luttes (Oloron Sainte-Marie) – NO PASARAN (Frontignan)
 



MERR32 /INFO----------MERR32/INFO----------MERR32/INFO----------



   


------------------------------


 
Mes amis, 
 
Au moment  ou  des murs se dressent entre les hommes  sur cette planète, ou l'obscurantisme tente de s'installer dans notre  quotidien , je ne peux m'empêcher  de  penser  aux ponts  que certains  ont  tentés de construire entre les peuples  pour  rentre nos vies meilleures,  au péril de la leur. 
Camilo  était de ceux-là  .
 
Le vendredi 24 mars à  partir de 19h au Centre Culturel Espagnol  à  Auch  Jean Michel  Dussol  va venir nous présenter le livre qu'il vient d'écrire " Camilo  guérillero en Gascogne"
 
 
Cela fait 10 ans que ce projet est né  ... cela fera  20 ans que Camilo nous a quitté en Juin .
 
MERR32  sera associée à  cette soirée  qui pour moi sera sans nul doute  la plus forte  .
 
Merci à  vous tous  merci  à  Jean Michel Dussol.
  
Notre combat n'est pas fini  ... mais il est difficile  de le mener  ... nous manquons  de bras de forces  humaines  mais nous gardons  l'espoir  de lendemains qui chantent  .
 
Je veux y croire je veux me battre encore  car un peu de la force et du courage  de Camilo  coule dans mes veines et je veux en être digne 
 
Un beso fraternal  .
 
Tamara
 
 

------------------------------

 
 
Camilo, un guérillero en Gascogne
-
Jean-Michel Dussol - Louis Rabier - Grand format - Place des Libraires

>
 
 
 
 
 
 
Le 18 juillet 1936, dans la soirée, le peuple de Madrid descend dans les rues pour défendre la République attaquée par des militaires. Dans cette foule légaliste contre les généraux rebelles, un homme, Camilo, Tomás Guerrero Ortega. Animé par des idées généreuses il s'oppose aussitôt à la rébellion et se retrouve devant la caserne de La Montaña occupée par les factieux. Une sorte de revanche car trois ans auparavant il avait été évincé de l'armée par le ministère de la Guerre de Gil Roblés, administré par Franco. Au contact des premières terres d'Afrique du Maroc Espagnol, Tomás s'était forgé un caractère d'acier. Jeune officier il y apprit l'action à la tête de ses hommes... Il y fréquenta quelques militaires communistes. Soudainement condamné à la vie civile, sa soif de justice le conduisit très vite, dans les premiers mois du Madrid de 36, dans une semi clandestinité, au commandement d'une Milice antifasciste ouvrière et paysanne. Elles deviendraient plus tard des Brigades mixtes, unité de base de l'armée populaire de la République espagnole. Il fut aussi parmi les premiers volontaires à se battre dans la sierra de Guadarrama pour empêcher les troupes soulevées, venues de Salamanque, Valladolid et Burgos, de prendre Madrid. Par la suite Tomás participera aux actions dans le Levant, franchira l'Ebre en juillet 1938 à la tête de la 227e Brigade mixte dont il a pris le commandement quelques mois plus tôt. Il sera cruellement blessé devant Barcelone en janvier 1939. La ville tombera quelques heures après. Refugié sanitaire en France, le jeune militaire sera amputé d'une jambe. Malgré son handicap, au printemps 1944, on le retrouve aux côtés de la Résistance française, commandant d'une brigade de guérilleros espagnols, directement dépendante de l'Union Nationale Espagnole. Il siège également à l'état major interallié. Participe dans le Gers à l'emblématique combat de Castelnau-sur-l'Auvignon. Par son refus de s'associer à la Reconquista de l'Espagne, en octobre 1944 il sera progressivement écarté de la UNE bras armé du Parti communiste espagnol en exil. Tomás Guerrero Ortega, « Camilo », une jeunesse d'action et de combat à travers deux guerres. Peut-être un des derniers héros picaresques un don Quichotte de la liberté et de la justice.